BannPPE

 

[R&D Les renardières] Activités sociales, CMCAS, SLV dégradées

Les conséquences de l’accord « Moyens bénévoles » signé en 2018 entre les employeurs de la branche des IEG et les deux fédérations syndicales CFDT et CFE-CGC conduisaient à une réduction drastique des correspondants de SLV : des collègues détachés et élus par vous lors des élections de SLV, sur des listes syndicales.

Conséquences désastreuses d’un accord que la CGT n’a pas signé

La CGT n’avait pas signé cet accord, refusant cette diminution et avait bataillé pour porter une vision alternative qui maintenait la proximité de nos activités sociales, pour les actifs et les inactifs, en obtenant parfois le soutien local de certains signataires de cet accord national.

Les CMCAS 77, 78 et 91, dont dépendent nos 3 sites R&D, ont des présidents de CMCAS CGT, qui, après avoir fait le forcing pendant 3 ans, sont aujourd’hui obligés de s’y plier. Ils sont contraints de gérer la pénurie au détriment des agents et de leur famille. Entre le refus des employeurs de remplacer les départs en retraite et des réintégrations difficiles dans les entreprises de nombre de correspondants de SLV, nous arrivons aujourd’hui à des décisions douloureuses.

Par exemple pour la CMCAS de Seine et Marne, de 14 correspondants de SLV détachés il y a 3 ans sur les différents sites de travail Enedis, EDF R&D, UTO, GrdF… il faut maintenant passer à 4 correspondants pour tout le département du 77 en 2021  du fait de cet accord « moyens bénévoles »

Cette situation est similaire dans les deux autres CMCAS R&D et va conduire à répartir le peu d’heures de détachement des correspondants restants sur les différentes SLV des sites de travail.

La CGT se mobilise pour alléger les conséquences sur les bénéficiaires !

Les conséquences aux Renardières sont que nous n’aurons plus de SLV12 ouverte toute la semaine, et les correspondants vont désormais devenir multi-sites, réduisant ainsi dans toutes les SLV les horaires d’ouverture, le service rendu et donc la proximité avec tous les agents actifs et inactifs.

Notre SLV12 sera donc maintenue, mais avec un accueil physique réduit à une journée par semaine !

Nos deux correspondantes pour tout le Sud 77 resteront toutefois accessibles par mail et téléphone dans la mesure de leur disponibilité puisqu’il leur sera impossible de maintenir une qualité de service identique en passant de 14 à 4, pour vous informer, et il faudra donc faire preuve de patience pour les inscriptions aux activités, colonies de vacances, vacances des familles, distributions de jouets de Noël, de livres d’été, les clubs, les activités locales, les permanences juridiques, les permanences CAMIEG...

L’application de cet accord national entraine pour l’Ile de France la suppression de 2/3 des heures de détachement pour le fonctionnement des activités sociales : de 119 correspondants en équivalent temps plein (150 collègues détachés totalement ou partiellement) pour tous les agents actifs et les retraités des IEG (environ 160 000 bénéficiaires actifs et inactifs)… il ne restera plus que 35 correspondants environ !

C’est l’un de nos conquis importants de notre Statut, actifs et retraités et leurs ayant-droits, qui est ainsi bien mis à mal, d’autant que les CMCAS devront aussi prendre en charge financièrement tout ce qui était mis à leur disposition et pris en charge par les entreprises, et ce, sur le budget CMCAS, au détriment des activités (loyers des locaux, salaires du personnel fonctionnel et charges patronales, indemnités journalières d’arrêt de travail et même l’intéressement et l’abondement des agents détachés).

Cet accord « moyens bénévoles » réduit par ailleurs les heures de détachements pour les élus en CMCAS.

Rappelons enfin que les moyens affectés pour nos activités sociales ont vu le budget versé par les  employeurs de la branche des IEG amputé de 100 millions d’euros en 4 ans de 2013 à 2018 : le « 1% » a diminué de 500 millions en 2013 à 393 millions en 2018, impactant d’autant la dotation totale du budget de la CMCAS 77.