Pas de gilets rouges contre des gilets jaunes

Depuis plusieurs jours, les médias coutumiers du silence quand il s’agit de faire connaître les mobilisations sociales font la promotion d’une initiative citoyenne de blocage du pays le samedi 17 novembre.
 
Les militantes et militants de notre syndicat sont souvent interpelé.e.s sur cette journée d’action. Sous-entendu, que fait la CGT ?
 
Les organisateurs de cette journée viennent d’appeler au respect de leur initiative et rejettent toute récupération politique et syndicale. Nous respectons ce choix. Le 17 novembre étant un appel citoyen, chacune et chacun d’entre vous est donc appelé individuellement à participer ou non à ces blocages.
 
Pourquoi l’unique revendication à savoir la baisse du prix des carburants est l’objet de mobilisation alors que la problématique de la baisse du pouvoir d’achat est bien plus large ?
 
Sans doute la possibilité de faire reculer le gouvernement parait accessible, des luttes par le passé ont conduit à un assouplissement provisoire de la taxation sur les carburants (TIPP flottante). Ensuite, cette hausse est matérialisée à chaque passage à la pompe à l’inverse de la hausse des tarifs de nos deux énergies. Pour rappel sur ces dix dernières années, le Gaz a augmenté de 70% et l’électricité de 30%.
 
Les difficultés de vie ne se limitent à la hausse des carburants (la période du baril bas de pétrole n’a pas retiré les fins de mois difficiles). Elles sont d’abord liées au gel des salaires et pensions, à la désindexation de ces dernières au taux d’inflation, à une fiscalité qui s’acharne contre les salariés et favorise les plus riches, aux cadeaux fiscaux répétés au patronat amputant le financement des dépenses utiles comme la santé.
 
Et ce n’est pas la proposition honteuse de nos employeurs d’augmenter le SNB de 0,3% en 2019, ni l’entourloupe de la diminution de cotisations sociales qui vont arranger les choses et nous redonner du pouvoir d’achat…

Dessin "JERC"
Pièce(s) jointe(s) à l'article: