CPB du 14 mars 2018

La CGT Energies 77 dénonce les propositions émises par les employeurs lors de la Commission Paritaire de Branche (CPB) conclusive du 4 décembre 2017 concernant les négociations sur les moyens bénévoles. Les intentions présentées ne permettent pas d’assurer le bon fonctionnement des activités sociales de notre CMCAS.
 
 
  • En l’état, notre CMCAS passerait de 14 correspondants SLVie temps plein, à 4.
  • De 24 jours pour les administrateurs incluant les heures de préparatoires, à 13 jours.
  • D’environ 4 000 heures pour les commissions à 2,5 jour/an par membre.
  • Quant à l’immobilier ce serait des mètres carrés en moins pour un loyer exponentiel.
  • De plus, seules les CMCAS de plus de 2 300 inscrits sur les listes électorales auraient des Présidents, trésoriers ou secrétaires détachés à temps plein. Cela représenterait la fermeture de 19 CMCAS au niveau national.
 
C’est donc tout notre modèle unique de gestion présent depuis 70 ans qui risque de disparaître.
 
 
Aussi, les bénéficiaires actifs et inactifs de Seine et Marne, réunis ce jour, réaffirment haut et fort que ces moyens doivent être à la hauteur d’une réponse aux besoins des bénéficiaires au niveau national comme au local.
 
A savoir :
Disposer des moyens nécessaires pour mettre en œuvre notre projet politique en particulier, des Activités Sociales construites PAR et POUR les bénéficiaires, en préservant a minima les moyens et la maîtrise locale des volumes de temps pour garantir l’activité de proximité en réaffirmant le statut d’élus des correspondants.
 
Disposer d’un cadre réglementaire clair et opposable à toutes les entreprises de la branche pour les détachements ponctuels pour les Activités Sociales de proximité, le PAR et le POUR (convoyages, encadrements, détachements des membres de bureau et commissions etc...)
 
Disposer d’un cadre transparent et équitable pour les moyens immobiliers et la fourniture d’électricité et de gaz opposable à toutes les entreprises de la branche.
 
Dans un contexte social dégradé, les conséquences seraient plus que catastrophiques, pour les bénéficiaires actifs/inactifs et leur famille.
C’est tous ensemble, actifs et inactifs que nous nous battrons pour conserver notre modèle social, exemplaire, dans l'intérêt de tous les bénéficiaires.
 
Pièce(s) jointe(s) à l'article: